FEDE
Fédération des Associations du Personnel du Service public du Canton de Fribourg

Communiqué de presse

Caisse de pension : le Canton doit se montrer exemplaire vis-à-vis de son personnel

Communiqué de presse du 14 juin 2018

La CPPEF a présenté aujourd’hui différentes options pour mener à bien la révision de son plan de prévoyance afin d’assurer son financement futur. La FEDE attend du Canton qu’il analyse la situation dès aujourd’hui, mais avec la profondeur nécessaire, et qu’il assume pleinement ses responsabilités vis-à-vis de son personnel.

La FEDE et ses associations membres s’attendaient à des nouvelles difficiles de la part de la Caisse de prévoyance du personnel de l’Etat de Fribourg. Elles n’en ont pas moins été surprises par l’ampleur des montants en jeu : il faudrait en effet injecter un 1, 8 milliard pour maintenir les prestations au niveau actuel. La nouvelle est d’autant plus frappante que des augmentations de cotisations ont été consenties récemment pas le personnel.

LIRE LA SUITE

Une belle victoire de la FEDE et pour ses partenaires

Le Grand Conseil a décidé de retirer de sa session la motion qui traite de la sortie de la LPers du personnel fribourgeois des soins.

Est-ce le retour du bon sens à Fribourg ? On l’espère. Par sa décision de retirer la motion qui mettait le statut du personnel des soins en péril, le Grand conseil a compris que le problème du HFR se situait ailleurs.

Les efforts déployés par les associations et par les syndicats ces dernières semaines ont porté leurs fruits. Le Grand Conseil a enfin écouté le personnel, après que celui-ci a montré sa détermination à se faire entendre. Mieux vaut tard que jamais.

LIRE LA SUITE

Les organisations de personnel lancent les opéra-tions contre la sortie de la LPers

Communiqué de presse du 16 mai 2018

Quelque 80 personnes ont participé hier soir à l’assemblée organisée par la FEDE, l’ASI, l’ASMAF et SYNA. Ils sont déterminés à ne rien concéder au Conseil d’administration de l’HFR, au Conseil d’Etat et au Grand Conseil.

Le 15 mai, la FEDE et le SSP ont adressé une mise en demeure au Conseil d’Etat et au Bureau du Grand Conseil, leur enjoignant de « reporter le débat du 24 mai prochain autour de la sortie du personnel de l’HFR jusqu’au moment où tous les problèmes discutés depuis des années ou révélés ces derniers jours auront été́ traités avec pertinence et hauteur, et solutionnés à satisfaction. Un report de quelques mois permettrait à n’en pas douter, et sans grand dommage pour le canton qui connaît une situation financière favorable, de faire les choses de manière posée et correcte (voir document joint).

Si la situation n’était pas si sérieuse pour le personnel de l’HFR, on pourrait trouver l’attitude du Conseil d’Etat assez cocasse. Après avoir laissé dormir un rapport sur l’HFR dans ses tiroirs depuis 2015, il semble soudain très pressé de régler les problèmes, sans vouloir les résoudre vraiment puisqu’il transmet la patate chaude au Grand Conseil. C’est une attitude tout simplement consternante

LIRE LA SUITE

 

Le Conseil d’Etat s’attaque au statut du personnel de l’HFR et fusille le partenariat social

Le Conseil d’Etat a décidé de faire sortir le personnel des soins de l’Hôpital Fribourgeois de la LPers. C’est d’abord un très mauvais message adressé à toutes celles et ceux qui soignent les Fribourgeoises et les Fribourgeois. Avec une telle attitude, le Conseil d’Etat démontre aussi sa volonté de passer en force et programme des conflits pour plusieurs années.

Ces dernières semaines, les associations membres de la FEDE avaient clairement exprimé leur point de vue : Elles étaient prêtes à se mettre autour d’une table avec le Conseil d’administration de l’HFR et le Conseil d’Etat, mais uniquement dans le cadre de la LPers.

LIRE LA SUITE

L’HFR en plein chaos

Communiqué de presse du 25 avril

Il est urgent de convoquer les Etats généraux de l’HFR et de mettre tout le monde – Conseil d’administration, Conseil d’Etat et personnel – autour de la même table. La rhétorique du Conseil d’administration est une moquerie intellectuelle. L’Hôpital réalise des pertes, dit-il, il faut donc couper dans la masse salariale.

La vérité est bien sûr tout autre : l’Hôpital est aujourd’hui géré de manière complètement aléatoire. Et, par pur paresse, matinée d’inconséquence, le Conseil d’administration préférerait couper les salaires plutôt que de procéder à une analyse du fonctionnement de l’institution. Une sortie de la LPers ne résoudra rien des difficultés actuelles : elle fragiliserait au contraire encore un peu plus l’institution.

La coupe des salaires sans engagements supplémentaires significatifs sera assurément contre-productive, car elle amènera à une fuite du personnel compétent et à des difficultés de recrutement supplémentaires. De plus, la réduction des coûts atteinte sera insuffisante et de proportion moindre que la part du déficit due aux dysfonctionnements organisationnels et structurels. L’HFR est d’ores et déjà moins bien doté en personnel soignant et médecins que la moyenne suisse. Une péjoration des conditions de travail compliquera l’amorce d’une spirale positive nécessaire à la pérennité de l’HFR.

LIRE LA SUITE

 

Hôpital fribourgeois : Pas de négociation avec le Conseil d’Etat en dehors de la LPers.

Les associations de personnel membres de la FEDE et le SSP appellent les employés du secteur public et parapublic ainsi que les défenseurs du service public à participer au cortège du 1er mai pour rappeler au Conseil d’Etat leur attachement à la qualité et à la sécurité des prestations publiques, qui passent par un maintien de toutes les collaboratrices et de tous les collaborateurs de l’Etat dans la Loi sur le personnel (Lpers).

Le dossier de l’Hôpital fribourgeois est en bonne place sur les bureaux de notre Conseil d’Etat. Une décision sur le statut du personnel de l’HFR est en discussion. Et dans le nouveau contexte politique, avec une large majorité de droite, les associations et les syndicats craignent que le Conseil d’Etat ne cède à la facilité. Au lieu de se pencher sérieusement sur les solutions possibles pour améliorer le fonctionnement de l’HFR, il pourrait choisir de faire sortir le personnel de la LPers.

LIRE LA SUITE

Les bénéfices de l’Etat vont-ils enfin profiter aux salariés d’Etat ?

Les années bénéficiaires se suivent et se ressemblent. La FEDE se réjouit de la bonne santé financière du Canton. Elle lui permettra certainement de soutenir son personnel dans les dossiers épineux de la Caisse de prévoyance et du statut du personnel de l’Hôpital fribourgeois.

Il ne faut jamais manquer de se réjouir des bonnes nouvelles. Le canton de Fribourg aligne les années bénéficiaires et voit, année après année sa fortune grossir. Les collaborateurs de l’Etat, qui ont fait de lourds sacrifices ces dernières années, seront, certainement, les premiers à pouvoir bénéficier de cette bonne santé financière. Enfin, il devrait l’être dans un monde idéal.

Mais vont-ils enfin être récompensés de leurs efforts ?

Le Canton aura l’occasion de répondre rapidement à cette question. Le Conseil d’Etat va devoir relever deux défis de taille cette année, la Caisse de pension et le statut du personnel de l’Hôpital fribourgeois.

Nous savons aujourd’hui que le Canton a les moyens financiers de maintenir aux collaboratrices et collaborateurs de l’HFR les mêmes conditions qu’aux autres employés de l’Etat en les maintenant dans la LPers. Il est également en mesure d’assurer sa part pour le financement de la Caisse de prévoyance.

Nous ne pouvons que l’encourager à le faire. S’il devait choisir une autre voie, avec le Grand Conseil, il ne pourra en tout cas pas arguer sur un manque de moyens.

Et il deviendra très difficile de défendre son action.

 

No Billag, une attaque à notre démocratie !

La campagne No Billag et les licenciements prononcés à l’Agence télégraphique Suisse sont des exemples flagrants de la dictature des coûts qui gangrène les services publics.

Communique presse du 26 janvier 2018

No Billag est une arnaque et un réel danger, tant pour la démocratie, que pour les employés des services publics et pour la population ! En cas de succès de No Billag, l’information serait privatisée et on confierait le contrôle des médias à des intérêts privés qui n’auraient comme seul objectifs de faire de l’argent sans égard aucun pour la notion de service public qui s’applique aujourd’hui à l’information. Nous pouvons aussi être certains que ces médias privatisés se placeraient du côté des puissants.

Voulons-nous vraiment cette «Berlusconisation» de l’information? Imaginer que des médias privés vont relayer les revendications des défenseurs des services publics pour tous – alors que leurs propriétaires dénoncent constamment leurs prix trop élevés – c’est faire preuve d’une grande naïveté. Comment les citoyens pourront-ils se forger une opinion ? Ils n’auront plus aucune certitude sur la véracité des informations véhiculées par les médias. Le contrôle et le financement publics demeurent essentiels au fonctionnement de notre démocratie et au bon fonctionnement des services publics. Pour toutes ces raisons, la FEDE recommande de voter non à l’initiative NO Billag

ATS: des méthodes brutales qui illustrent la dictature des coûts

LIRE LA SUITE

 

La FEDE obtient gain de cause sur le droit de grève du personnel de l’hôpital.

 

Communiqué de presse concernant la grève

La FEDE obtient gain de cause sur le droit de grève du personnel de l’hôpital.
Le Conseil d’Etat souhaitait interdire le droit de grève – qui est anticonstitutionnel –
au personnel de l’hôpital et de la police. Grâce à l’engagement de la FEDE dans la négociation, les collaboratrices et les collaborateurs de l’HFR pourront continuer à bénéficier du droit de grève, qui est en revanche interdit à la police.

Lire la suite

 

 

Navigation